Auschitzky, matériel électronique

Les produits

Réglementation thermique

Un encadrement qui concilie raison et qualité de vie

Les règlementations thermiques ont été mises en place en 1975, avec pour objectif de :

• normaliser les constructions neuves en respectant la qualité de vie et le confort des habitants ;

• favoriser une réelle efficacité énergétique en vue de réduire les nuisances environnementales générées par l'usage de l'énergie.

L'urgence du changement

Le parc de bâtiments actuels est très gourmand en énergie. En effet, sa consommation moyenne est d'environ 330 kWh ep/m² par an (ep : énergie primaire), alors que pour les bâtiments neufs, répondant à la RT 2005, cette consommation est de l'ordre de 120 kWh ep/m² par an. L'ambition est d'atteindre, dans le cadre de prochaines régulations thermiques, les conditions d'une nouvelle donne énergétique.

 

Vers le tout bâtiment à énergie positive

A l'horizon 2012, des étapes majeures introduiront une véritable "révolution culturelle" chez les professionnels du bâtiment :

 - le bâtiment réhabilité "basse énergie", pour une consommation annuelle de moins de 100 kWh ep/m²,

 - la construction basse énergie, pour une consommation annuelle sous le seuil des 50 kWh ep/m²,

 - le bâtiment passif ou très basse énergie (autour de 25 kWh ep/m² par an),

 - enfin, le bâtiment à énergie positive, qui inversera le processus en substituant une fonction énergétique contributrice à la fonction consommatrice.

 

Dans le cadre du Grenelle de l'environnement, un rapport remis au ministère de tutelle en octobre 2007 préconise à échéance 2012 un parc constitué de 22 % de constructions basse énergie et, à échéance 2020, de 100 % de bâtiments à énergie positive.

 

RT 2010 : et si  la tendance s'accélérait ?

Surfant sur la vague du Grenelle de l'environnement, il se pourrait bien que le gouvernement décide de donner un coup d'accélérateur aux contraintes énergétiques concernant la construction neuve pour atteindre en 2020 100 % de construction à énergie positive.

Lors des constructions ou des rénovations de bâtiments, comment réduire la facture énergétique?

En conjuguant deux approches :

 - L'efficacité énergétique passive qui  consiste, notamment, en une modification de structure des bâtiments (matériaux d'isolation performants, double vitrage).

 - L'efficacité énergétique active qui vise à tout instant la consommation d'énergie "juste nécessaire" par l'automatisation et la régulation des usages et par la mise en place de fonctions de mesure et de télé-service.