Auschitzky, matériel électronique

Les produits

Une meilleure gestion des énergies

Le développement durable, un comportement de plus en plus partagé qui implique connaissances, compétences, et savoir-faire.

Aujourd'hui, tous les acteurs de la vie économique, tous les citoyens, ont été interpellés par la problématique complexe de la gestion parallèle du progrès et de notre environnement. Chacun se sent alors plus ou moins concerné, impliqué, et prêt à intégrer cette démarche de développement durable dans son mode de vie et de consommation.

Le mouvement est en marche, et il est désormais essentiel d'apporter au public des outils et des solutions techniques qui lui permettent de mettre en oeuvre ce qui lui semble être le plus bénéfique pour son cadre de vie et le respect de son environnement.

 

 Les énergies renouvelables

Soleil, vent, eau, terre, bois... l'heure des énergies renouvelables a sonné. Inépuisable et propres, ces ressources sont désormais utilisables pour les particuliers. D'ici 2010, la France a pour objectif que les énergies renouvelables représentent 21 % de la consommation française.

 

• L'énergie solaire

Même en dehors des régions méridionales, l'énergie solaire permet d'installer un système de chauffage économique, en envisageant généralement une source d'appoint.

Le rayonnement solaire est utilisé de deux façons: le chauffage direct (chauffe-eau solaire, chauffage d'une habitation, chauffage des piscines) et la conversion en électricité, appelée énergie photovoltaïque. Celle-ci est produite par des panneaux solaires en silicium qui transforment la lumière du soleil en électricité pour l'éclairage et les petits appareils électriques.

Le développement de la production d'eau chaude solaire est une des priorités pour favoriser la maîtrise de la demande d'énergie.

 Ventilation : une aération contrôlée

La réglementation thermique 2005 impose d'adapter le renouvellement d'air afin de contribuer à l'économie d'énergie.

• Réglementation

La ventilation est une obligation légale (arrêtés du 24/03/1982 et du 28/10/1983) pour tous les logments postérieurs à 1982, collectifs ou individuels.

La nouvelle réglementation thermique renforce les exigences sur les entrées d'air et la perméabilité du bâti.

En résidentiel chauffé à l'électricité, l'amélioration demandée se situe entre 20 et 30 % par rapport à la RT 2000. Pour les autres énergies, le gain est de l'ordre de 10 à 15 %. La ventilation hygroréglable devrait donc devenir la référence de base. Pour les bâtiments non résidentiels, les systèmes double-flux ont été retenus en référence.

• Remplacer l'auto par l'hygroréglable en  une seule opération

Il est possible de transformer une VMC autoréglable en installation hygroréglable, en remplaçant simplement les entrées d'air, les bouches d'aspiration anciennes et le groupe d'extraction par des matériels hygroréglables. Certains fabricants en proposent de couleurs différentes et clipsables.

• La VMC double flux

Ce système permet de limiter les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation : il récupère la chaleur de l'air vicié extrait de l amaison et l'utilise pour réchauffer l'air neuf filtré venant de l'extérieur.

Un ventilateur pulse cet air neuf et préchauffé dans les pièces principales par le biais de bouches d'insufflation. Cet équipement est plus coûteux qu'une VMC simple flux et plus difficile à mettre en oeuvre (double réseau de gaines), mais il permet des économies de chauffage importantes en récupérant jusqu'à 70% (90% dans les systèmes hautes performance maintenant sur le marché) de l'énergie contenue dans l'air vicié extrait.

 

Régulation et programmation : le confort au juste coût

Les systèmes de régulation et de programmation sont aujourd'hui indispensables pour limiter les consommations d'énergie sans altérer le confort.

• Le thermostat d'ambiance programmable (TAP)

Appelé aussi thermostat à horloge, il permet de programmer des températures différentes en fonction de l'occupation du logement.

Thermostat avec raccordement électrique :

LE TAP se raccorde électriquement par un câble standard à 2 conducteurs jusqu'au bornier de la chaudière. Si l'installation est déjà équipée d'un thermostat d'ambiance simple, il n'y a pas de modifications électriques à effectuer, le TAP vient en remplacement de l'ancien thermostat.

Thermostat à émetteur et récepteur radio :

Cet appareil ne nécessite aucun câble de raccordement avec la chaudière. Il envoie ses ordres à distance vers un boîtier récepteur placé à proximité de la chaudière.

• Le gestionnaire d'énergie : programmer, un confort sur mesure

Ce système a l'avantage de centraliser les fonctions de programmation temporelle, de programmation tarifaire, de délestage, et évite ainsi des associations de produits.

Toutes ces fonctions réunies permettent au système d'être plus intellignet, par exemple, en enclenchant le chauffage avant la fin des heures creuses ce qui  permet une remontée en température à moindre coût. Certains gestionnaires permettent également de recevoir des ordres de mise en hors-gel grâce à une télécommande téléphonique.

• Commande à distance

Aujourd'hui il existe sur le marché de nombreuses télécommandes par téléphone universelles pour tous types de chauffage à eau chaude ou électrique, avec une fonction thermostat d'ambiance intégrée qui permet le maintien d'une température hors-gel avec possibilité de modification de la température à distance.

 

 Pour une lumière plus économique

Pour assurer une bonne gestion d'une installation d'éclairage, il faut tenir compte des consommations et de la maintenance. Le choix des lampes, alimentations et systèmes de gestion permet, aujourd'hui, de réaliser des économies de 20 à 70 % sur les dépenses d'exploitation.

• Le choix des lampes

Solution très économique, les lampes à "économie d'énergie" - aussi appelées fluocompactes - se substituent avantageusement aux ampoules à incandescence et halogènes. Elles consomment 4 à 6 fois moins d'énergie à quantité égale de lumière émise et durent 10 à 15 fois plus longtemps qu'une lampe "classique". Elles sont bien adaptées aux pièces destinées à rester allumées longtemps dans l'habitat et offrent la meilleur efficacité énergétique en éclairage tertiaire.

• Les ballasts électroniques

Les luminaires fluorescents avec des ballasts électroniques permettent de réaliser de 25 à 50 % d'économie d'énergie et prologent de 50 % la durée de vie des lampes. A quantité et qualité de lumière égale, ces luminaires consomment 6 fois moins d'énergie que les halogènes et durent 6 à 7 fois plus longtemps. Ils permettent en outre de mettre en oeuvre un certain nombre de dispositifs de gestion qui ne fonctionnent qu'avec une alimentation électronique.

• La détection de présence

Les détecteurs de présence commandent l'allumage et l'extinction de l'éclairage par détection infrarouge. Ils sont particulièrement entérressant dans les couloirs, parties communues d'immebles, locaux à usage intermittent et zones de circulation des bureaux.

• Les détecteurs de lumières

Les cellules photoélectriques, intégrées aux luminaires ou installées isolément, permettent de maintenir le niveau d'éclairement requis en tenant compte des apports de lumière naturelle. Trés utiles pour l'éclairage de bureaux, les cellueles de gestion automatique garantissent en permanence le juste niveau d'éclairement à toute heure de la journée sans recourir à la pleine puissance de l'installation. Associé à une télécommande, ce système permet à l'utilisateur de choisir l'ambiance lumineuse la mieux adaptée à ses besoins et de réaliser jusqu'à 60 % d'économie.

• La programmation de l'éclairage

Associées à des systèmes de programmation d'ambiances, la détection de présence et la variation peuvent être combinées au sein d'un système centralisé afin de gérer une ou plusieurs pièces. Les scénarios peuvent inclure l'allumage ou  l'extinction des luminaires, les mouvements de lumière et la variation des niveaux d'éclairement en fonction des activités et des heures d'utilisation des locaux.

» Retour